Mon échange à Universita degli Studi di Padova

Bonjour à tous, moi c’est Pierre, membre du Club International. Actuellement étudiant en Master 1, j’ai eu la chance de partir pendant 1 an en Italie à Padova, petite ville du Nord-Est juste à côté de Venise lors de ma troisème année. J’ai étudié à Universita degli Studi di Padova.

L’Italie est un pays qui m’a toujours attiré. J’avais déjà entendu parler de la « dolce vita », est le moins qu’on puisse dire, c’est que la vie là-bas est vraiment cool. Je rêvais de siroter mon spritz sur les nombreuses piazze au soleil entouré de facades romanes. J’avais notamment quelques notions d’italien acquises au lycée, et avoir l’opportunité de parler cette langue très chantante fût également un facteur déterminant.

Enfin, l’université de Padova est très réputée, il y a énormément d’Erasmus, et la qualité de l’enseignement est tout de même un facteur à prendre en compte (selon vos priorités).

L’Italie étant membre de l’UE, les démarches administratives ne sont pas très compliquées. Il est seulement demandé d’acheter un timbre fiscal afin d’obtenir votre code fiscal auprès du SASSA Office, d’aller se présenter à l’université pour faire part de votre arrivée et de payer pour avoir votre carte ESN (Organisation Erasmus qui vous fera bénéficier de nombreux avantages).

A chaque exchange est assigné un buddy avant son arrivée. Le mien s’est occupé de tout, depuis mon arrivée à la gare jusqu’au début de mes cours.

Les premiers jours se sont bien déroulés. Je suis arrivé à Padoue en voiture et c’est donc mon Buddy qui s’est occupé de me trouver un parking pour les premiers jours. J’avais réservé dans une auberge de jeunesse pour 4 jours afin de trouver un appartement. Mon buddy, Marco, avait cependant insisté pour faire un aperitivo dès le premier soir, avec les autres erasmus déjà présents.

J’ai évidemment accepté et 3h après mon arrivé, j’y étais, je buvais mon spritz en découvrant la joie d’être Erasmus avec une cinquantaine d’étudiants venant de toute l’Europe. Ensuite, lors des premiers jours, le calendrier était assez simple: Midi, recherche d’appartements, fin d’après midi: aperitivo, soir: soirée, matin: dodo…. Sans oublier un peu de culturel en arpentant les petites rues pavées et en visitant cette magnifique ville qu’est Padova.

Il y a de nombreux sites faciles à comprendre où l’on peut trouver un appartement (easystanza, Bakeca et autres pages Facebook). J’ai pour ma part trouvé un appartement au bout de 4 jours, en collocation avec 4 autres italiens et italiennes, tous représentant le stéréotype que l’on peut avoir de l’italien classique.

En Italie, on ne cherche pas un appartement mais une chambre, simple ou double à partager (singola o doppia). Les appartements sont généralement moins modernes qu’en France, mais on s’y fait parfaitement. La plupart de mes amis avaient également des colocs italiens. Il n’est absolument pas nécessaire d’y aller un ou deux mois à l’avance ou de payer une chambre sans l’avoir visitée. S’y rendre 10 jours à l’avance suffit amplement.

Il y a également de nombreuses annonces faites par les étudiants dans les halls des différentes universités.

Concernant l’université, elle est un peu excentrée et les bâtiments ressemblent plus à des blocs de l’URSS qu’au Colisée.  Mais à Padoue, tout bon étudiant a un vélo, bien souvent volé, acheté à la mafia malheureusement, et tout se fait très rapidement. Elle est située au bord d’un petit fleuve idéal pour faire des aperitivo après les cours. D’ailleurs, d’avril à juin, ce sont les bars eux-mêmes qui se déplacent et ramènent leurs roulottes sur le bord du fleuve afin de permettre aux étudiants de profiter de 17h à 2h. Une ambiance détendue et jeune garantie.

L’université, comme dit précédemment, est très réputée dans le nord de l’Italie et les étudiants de toute la région y viennent pour obtenir leur licence, ou Master (même si peu d’italiens continuent après la licence).

Les cours ne sont pas obligatoires, mais il est très recommandé d’y aller pour pouvoir faire les projets de groupe (l’occasion de rencontrer de nouvelles personnes) et de prendre part aux exams finaux. Le choix des cours se fait au début de chaque semestre, et il est possible d’assister à plusieurs cours pendant les premières semaines pour faire votre sélection. Nous sommes environ 800 étudiants internationaux.

La vie d’un Erasmus est bien différente de la vie d’un étudiant à l’IÉSEG … Comme beaucoup d’autres, j’avais fait en sorte que mes cours se déroulent du lundi au mercredi, pour être en week end … le mercredi soir. Du coup les 3 premiers jours de la semaine étaient plutôt softs, un peu de sérieux, des dîners tranquilles avec mes colocs, l’apprentissage de la langue … Le mercredi soir est le soir incontournable pour faire la fête. Nommé le « mercoledi universitario », tous les étudiants sont de sortie, d’abord dans les bars, puis au Factory, fameuse boîte ou les Erasmus arrivent en nombre disposant d’importantes réduction et où l’entrée coute 10€ seulement à l’année.

Ensuite, lors de mes week end de 5 jours, je partais explorer le pays, de l’est à l’ouest et du nord au sud, en train, en voiture ou en bus.

Le Club Inter local, dit l’ESN, est très actif. Composée d’une vingtaine d’étudiants italiens, il organise des évènements chaque semaine qu’ils soient festifs ou culturels.

Globalement, un voyage par mois est proposé (Rome, Naples, Rimini, Milan …). Ils vous font également découvrir des petits coins reculés de la Vénétie, des dégustations de Grappa et les bons plans dans Venise pour sortir le soir (Venise est accessible en seulement 25 min en train).

Des soirées à thèmes sont prévues chaque semaine. Durant les beaux jours, c’est Barbecue au soleil pour un prix défiant toute concurrence et du fun garanti !

Le meilleur week end que j’ai pu faire a été quand nous sommes partis à 5 voitures dans la région des grands lacs, faire un peu de camping pendant 3 jours. 20 erasmus au coin du feu, à côté du lac de garde, guitare et bières à la main, c’est un peu comme dans un film et ça vous fait rêver. Il suffisait juste de trouver les conducteurs, acheter des tentes Decathlon premier prix, et suivre les panneaux qui vous indiquent les différents lacs. Randonnée la journée devant des paysages magnifiques, petite halte à midi, discussions profondes le soir, c’était vraiment une expérience à vivre et dont je me souviendrai longtemps.

Padova est une ville peu chère. Le prix de la nourriture est semblable à celui en France. Pour voyager en revanche, les billets de train sont nettement plus accessibles ! C’est donc une super opportunité pour visiter le plus possible.

Il y a également certains coins assez « hype » ou le spritz (trois mesures d’aperol, deux de proseco et une mesure de soda) peut monter jusqu’à 6€, mais globalement, on en trouve partout à 3€. La bière, le vin et les pizzas sont également disponibles à des prix assez bas.

Concernant les appartements, le fait de louer seulement une chambre (et partager cuisine salon) est très rentable. On s’en tire très facilement pour 200/300€ maximum par mois.

Mon année à l’étranger a été comme pour beaucoup d’autres, une année inoubliable.

J’ai appris à maîtriser la langue presque parfaitement, j’ai rencontré des centaines d’étudiants venus de toute l’Europe, et je me suis imprégné de la culture italienne avec grand plaisir.

C’est réellement le fait d’être avec des étudiants espagnols, allemands, polonais finlandais ou autres qui vivent la même chose que vous, qui ont les mêmes attentes, qui veulent profiter à fond tous les jours car ils savent que ça n’arrive qu’une fois, qui rend votre année si particulière.

Enfin, vivre au quotidien avec des italiens dans ma collocation permet vraiment de donner du sens à son année en Italie.

Mon conseil serait de ne pas trop rester entre Français, les italiens sont super accueillants alors autant en profiter !

La semaine d’intégration est également très importante pour rencontrer des gens, ne pas hésiter à proposer aux autres étudiants que vous ne connaissez pas d’aller prendre un verre pour les rencontrer, car c’est vraiment l’esprit Erasmus.

Un dernier conseil très important est de ne jamais proposer aux italiens de faire la carbonara version française … à vos risques et périls.

Ici et nul part ailleurs, il est possible de pouvoir parler aux passants plus détendus que jamais dans la rue, rire avec des personnes que vous croisez, avec le serveur d’un restaurant ou d’un bar, d’être complètement relax partout où vous allez.

Voici mes bonnes adresses :

La pizzeria del duomo, assurément. Un lieu incontournable pour déguster une bonne pizza et qui fait probablement les meilleures de la région, même si les meilleures pizzas sont à Naples.

Aller s’allonger dans l’herbe sur une des plus grandes places d’Europe, à Prato della Valle, ou bien à Portello à côté de l’université, c’est assez sympa.

Il faut également aller visiter l’église Saint-Antoine de Padoue, lieu de culte dans cette ville qui porte son nom, ou visiter la chapelle dei Scrovegni, peinte par les plus grands artistes italiens de la Renaissance.

Voilà pour mon article, n’hésitez pas si vous avez la moindre question en commentant cet article et forza padova !

Publicités

Un commentaire

  1. vraiment ton article donne envie de se rendre à padoue , quels sites pourrais tu me conseiller pour trouver une location ? je vais partir d ‘octobre à mars et prendre des cours à l ‘unversité rue febbrio

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s