Mon échange à l’Universidad de Chile, Chile

Holà! Je m’appelle Camille et je suis étudiante en Master Entrepreneuriat sur le campus de Lille. Durant ma 3ème année, je suis partie 1 an à l’Universidad de Chile, à Santiago du Chili.

Je voulais partir assez loin et j’avais une préférence pour l’Amérique Latine, notamment pour améliorer mon espagnol. J’ai choisi le Chili pour sa géographie si particulière qui offre des paysages très divers. Le chili est également un des pays les plus développés d’Amérique du Sud, il n’y a pas de problème niveau sécurité.

Formalités

Avant de partir, il faut se poser la question du Visa. Celui-ci coûte environ 100 euros et n’est pas obligatoire, à condition de sortir du pays au moins 1 fois tous les 3 mois (ce qui est facilement réalisable). Néanmoins, il offre de nombreux avantages comme des réductions assez importantes dans les parcs nationaux, musées etc…Si vous décidez d’en faire un, il faut envoyer un dossier de demande au consulat Chilien à Paris, puis se rendre une journée à Paris dans les 3 mois avant le départ. Il y a également une démarchage à faire une fois arrivé au Chili. Aucun vaccin n’est obligatoire pour le Chili, mais je conseille de faire la fièvre jaune et Hépatite A et B si vous comptez voyager dans les pays voisins (Pérou, Bolivie).

Mes Premiers Jours

Je suis partie avec deux autres étudiants de l’IESEG. Les premiers jours, nous logions dans un Airbnb le temps de trouver un logement. Nous sommes arrivés environ 10 jours avant le début des cours. Pour trouver un logement, je conseille de regarder sur le groupe facebook « roommate and flat finder in chile » , le site compartodepto ou de demander à des IESEGs. Il vaut mieux ne rien réserver à l’avance et faire beaucoup de visite une fois sur place. Cette période est un peu stressante car tous les étudiants arrivent en même temps et cherchent la même chose. Je conseille donc d’arriver en avance, en ayant déjà repérer quelques logements et pourquoi pas programmer des visites pour les premiers jours. Personnellement, je vivais dans une maison avec 10 autres étudiants étrangers à 10 minutes à pied de l’université. L’ambiance était super sympa, et comme le réseau de maison étudiante est très développé, cela permet de rencontrer beaucoup de monde assez vite.

L’université organise une journée d’accueil pour les internationaux, où l’on peut rencontrer les autres étudiants, découvrir l’université et rencontrer notre « buddy » chilien. Il y également une soirée de bienvenue organisée le premier jour.

Le campus de la FEN (faculté d’économie de l’Universidad de Chile) est très bien situé, entre le centre et les quartiers plus résidentiels. Il est moderne et très bien équipé (2 cafétérias, salles de sport, terrain de foot et basket, bibliothèque…)

L’universidad de Chile est réputée comme étant l’une des meilleures du pays, les cours y sont donc d’un bon niveau, assez comparables à ceux de l’IESEG. Il est possible de prendre des cours en espagnol et en anglais. Les professeurs sont très sympas et ils sont souvent assez flexibles avec les étudiants étrangers.
La plupart des cours sont divisés en deux séances, soit lundi-jeudi ou mardi-vendredi. En s’arrangeant bien ,on peut donc avoir deux jours de cours par semaine et être libre le reste du temps.

Le coût de la vie est assez similaire à celui de la France, je dirais peut-être 10% moins cher. Les produits au marché sont biens moins chers, encore plus si vous savez parler espagnol et négocier !

Ma vie quotidienne

Au quotidien, je vais en cours les Lundi et Jeudi, ce qui me laisse les mardi et mercredi pour travailler, faire du sport, découvrir la ville, sortir avec mes amis etc… Il y a un club inter dans l’université (ISAFEN) qui organise pleins d’activités comme des soirées, des dîners, des randonnés… il y a donc toujours quelque chose à faire ! Je profite des week-ends de trois jours pour découvrir les alentours de Santiago et voyager : faire une randonnée, du ski ou du rafting dans les Andes, aller se baigner ou faire du surf sur la côte…(même si la mer est très froide partout au Chili)

Au Chili, J’apprécie beaucoup les gens et le fait qu’ils soient très accueillants et beaucoup plus souriants qu’en France.
Ce qui me plait le plus dans mon échange, ce sont les voyages que j’ai pu faire. Le chili est un pays magnifique avec pleins d’opportunités variées. Du désert le plus aride du monde aux glaciers de Patagonie, en passant par des volcans et des forêts, il y en a pour tous les goûts ! Au chili, vous ne serez jamais à plus de 200 kilomètres de la mer ou de la montagne, il faut en profiter ! J’ai pu aussi découvrir l’île de Pâques (que je conseille fortement), le Pérou, la Bolivie, l’Argentine et la Colombie. En Amérique Latine, les saisons sont inversées et il y a donc 3 mois de vacances d’été de Décembre à Mars, ce qui laisse du temps pour découvrir les pays alentours !

Mon voyage préféré a été le road-trip d’un mois en Patagonie que j’ai fait avec une amie. Nous avons descendu toute la Patagonie de Puerto Montt à la terre de feu en bus, stop et bateau. La découverte de l’île de pâques a également été un voyage incroyable !

Les chiliens ont une boisson très typique et très sucrée, qu’ils appellent un Terremoto (littéralement « tremblement de terre »). Elle est faite avec du mauvais vin, de la grenadine et de la glace à l’ananas….Et porte très bien son nom ! Bonne chance pour vous lever le lendemain ! En parlant de tremblement de terre, il y vous arrivera aussi assez souvent d’en sentir à Santiago, mais pas la peine de paniquer tant que les Chiliens ne s’affolent pas, c’est tout à fait normal et régulier là-bas !

Mes conseils

Pour profiter à fond de son échange, je conseille de trouver une maison où il n’y a pas trop de français, pour vraiment pratiquer l’espagnol. Je conseille également de faire des efforts pour rencontrer des chiliens, ce n’est pas facile aux premiers abords mais c’est le meilleur moyen pour découvrir le culture locale!

Mes bonnes adresses

Barrio Italia : Pour se balader dans un joli quartier, flâner dans les boutiques ou prendre un café.
Le ruca bar : Un bar à tapas, calle Condell près du barrio italia
La piojera : Pour goûter un terremoto dans un des plus vieux bars de Santiago
Marché artisanal Los Dominicos : Pour ramener des souvenirs typiques

Camille LEPOUTRE, Campus Lillois 

camille.lepoutre@ieseg.fr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s