Mon échange à BI Norwegian School #2

Salut ! Je m’appelle Eva, je viens du campus lillois et je passe ma deuxième année à Oslo, en Norvège. J’étudie à BI Norwegian Business School.

J’ai voulu étudier dans cette université car la Scandinavie est une région du monde qui me faisait rêver depuis le lycée. Notamment pour la qualité de vie, les paysages incroyables, le respect de l’environnement, ainsi que l’égalité hommes-femmes dans le domaine professionnel. La bonne réputation de BI a été l’élément qui m’a poussée à choisir la Norvège plutôt que la Suède ou la Finlande par exemple.

Concernant les démarches administratives, la Norvège fait partie de l’espace Schengen, pas besoin de visa ou de vaccin particulier. Venez simplement avec une pièce d’identité. Quelques jours après votre arrivée, vous devrez fournir quelques papiers (attestation de capacité financière, assurance, rien de bien compliqué) et les fournir à BI qui se chargera de les faire passer à la police. Quelques semaines plus tard, vous recevrez votre permis de séjour qui vous autorisera légalement à rester en Norvège.

Les premiers jours, nous avons eu beaucoup de présentations et conférences, notamment sur le fonctionnement de l’école ou de la culture norvégienne. J’ai fait connaissance avec ma coloc et on rencontre rapidement les autres exchanges. Nous sommes en tout 550 exchanges. Tout le monde est très ouvert et pressé de rencontrer de nouvelles personnes. En Norvège, les semaines d’intégration s’appellent les Faderullan, et nous avons eu de nombreuses activités, sorties, concerts qui nous ont permis de rencontrer davantage de monde et de créer des liens d’amitié.

Pour le logement, BI fournit un logement à tous les étudiants étrangers. Néanmoins il faut s’y prendre assez à l’avance si l’on veut être placé dans la résidence qui nous intéresse. La demande de logement se fera en Mars ou Avril, vérifiez vos mails ! Je vis à BSN, la résidence officielle de BI, et je ne peux que vous conseiller de vivre en collocation. Demandez à être avec une personne ne parlant pas français, c’est encore mieux !

Au quotidien, j’ai dû m’adapter par rapport à la vie à l’IÉSEG. Ici, nous n’avons que 10 ou 12h de cours par semaine, ce qui nous laisse de longs week-ends de trois ou quatre jours. J’ai beaucoup profité des beaux jours pour faire des randonnées avec mes amis. On a également passé beaucoup de temps sur les plages des îles du fjord d’Oslo, participé à de nombreuses activités organisées par l’Erasmus Student Network (visite guidée du centre ville, soirées gratuites, movie nights…). Maintenant que le soleil est de moins en moins présent et que les jours déclinent, on apprécie de se promener dans le quartier de Grünnerlokka parmi les couleurs de l’automne, avant de se poser dans un café cosy (où tout est bio, équitable, voire vegan!) et de discuter pendant des heures.

En bus, il est assez facile et abordable de visiter la Scandinavie. L’un des voyages que j’ai le plus aimé était à Bergen, la deuxième plus grande ville de Norvège. La ville est vraiment adorable, le quartier de bois au bord de l’eau rappelle un peu Amsterdam, il suffit de prendre un téléphérique quelques minutes pour se retrouver au sommet du Mont Toyen et d’avoir une vue imprenable sur la ville avant de s’enfoncer dans la forêt et de découvrir des lacs cachés. Il y a vraiment la possibilité d’aller dans des endroits magnifiques, mais je pense que le meilleur est d’aller au delà du cercle polaire, à Tromso ou aux îles Lofoten. A l’heure où j’écris cet article, je n’y suis pas encore allée, mais mes billets sont réservés pour décembre et j’espère bien y voir des aurores boréales !

Concernant le coût de la vie, je ne vais pas vous mentir, Oslo est l’une des villes les plus chères du monde. Cependant, on peut s’en sortir avec un budget correct. En achetant ses fruits et légumes dans le quartier Gronland, on trouve des prix tout à fait abordables, et ensuite il vaut mieux aller dans les magasins discount style Rema 1000 ou Kiwi. Oubliez la viande et le fromage, les prix sont exorbitants (5 ou 6€ un demi morceau de brie), ainsi que l’alcool (gardez le pour les grandes occasions, ou bien faites le plein lors d’un voyage en Suède ou d’un retour en France).

Dans cet échange, j’adore le fait de pouvoir découvrir des personnes de toutes nationalités, de passer des heures à discuter avec elles et de comparer nos propres cultures. Je trouve que le fait d’avoir peu d’heures de cours est génial car cela nous laisse le temps de faire énormément d’autres choses à côté. Je pense sincèrement qu’un échange est vraiment « what you make of it ». Il est facile de passer sa journée dans son lit en regardant des vidéos Youtube parce qu’on a le temps de le faire, mais je vous conseille fortement d’user de ce temps pour voyager, visiter, parler anglais (ou allemand, chinois, norvégien, espagnol…On a le temps d’apprendre de nouvelles langues, profitez en !)

Le Club Inter local est vraiment bien, ils nous ont accueillis dès la rentrée, ont proposé de récupérer ceux qui le souhaitaient à la gare. On est également répartis dans des buddy group pour la semaine d’intégration (j’ai cependant regretté que ces groupes soient constitués d’étudiants de la même nationalité). Il faut vraiment se tenir au courant des événements proposés, via Facebook, ce qui vous permettra de participer par exemple aux BInner, des dîners gratuits cuisinés par des étudiants volontaires.

L’université est incroyable, le bâtiment est immense, ultra moderne et très agréable. Pour vous donner une idée, on y trouve un café, deux boutiques d’alimentation, un Starbucks, une salle de sport, une immense bibliothèque, une salle de méditation, un bar…Au niveau des cours, on a davantage de cours en amphi qu’à l’IÉSEG, et peu de workshop. Cependant, je pense que cela dépend des cours choisis. Néanmoins, au premier semestre, les deux cours imposés par l’IÉSEG (Marketing management et Basic financial management) se déroulent en amphi de plusieurs dizaines d’étudiants.

Surtout, ne partez pas en Norvège si vous êtes un pur citadin, que vous comptez sur votre échange pour sortir en boîte et boire tous les soirs, ou si vous ne supportez pas le froid. Vous y seriez malheureux, et cela serait bien dommage pour une année d’échange. Mais si vous aimez les grands espaces, les sports d’extérieur, les blond(e)s et la neige, foncez, vous allez adorer. La Norvège est un pays magnifique, et s’il faut parfois un peu de courage pour sortir malgré le froid et la grisaille, vous n’allez pas le regretter, les paysages sont à la hauteur de vos espérances. Profitez à fond, ne faites pas la même erreur que celle que j’ai faite pendant quelques jours au début : rester chez soi à chiller avec son ordi et son plaid. Vous aurez tout le temps de le faire aux vacances de Noël. Sortez, faites des rencontres inoubliables, consacrez vous à l’une de vos passions, et kiffez.

Un funny fact norvégien est le nombre de « papas poule » que l’on croise dans les rues. Ici, il n’est pas rare de croiser des pères poussant la poussette de jumeaux tout en faisant leurs courses.

Ici et nul par ailleurs, la proximité de la nature est ultra présente. Bien que je vive dans une capitale, il me suffit de marcher le long de la rivière en partant de BI pour me retrouver au lac de Maridalen, un immense lac dont l’environnement est préservé, seulement parcouru par des kilomètres de pistes de ski de fond où l’on peut courir ou faire du vélo en automne.

La Norvège est également le pays idéal pour faire toutes sortes de sport d’hiver, et bien sûr d’avoir la chance de découvrir des aurores boréales, ou bien de faire du chien de traineau.

Voici mes bonnes adresses :

  • La bibliothèque de Grünnerlokka, pour ceux qui veulent profiter d’une après midi pluvieuse pour relire les BD de leur enfance en anglais dans une atmosphère old school.
  • La boîte Lawo est recommandée par tout le monde, je n’ai pas pu et ne pourrai pas y aller cette année puisqu’il faut avoir 20 ans pour y entrer, mais je vous la donne quand même, au cas où.
  • La National Gallery si vous voulez voir Le Cri de Munch, ou bien des peintures impressionnistes.
  • Le café sur l’île d’Hovedoya, je ne vous en dis pas plus, découvrez-le par vous même lors d’une journée ensoleillée d’été…

Voici pour mon article, n’hésitez pas à le commenter si vous avez la moindre question, j’y répondrai avec plaisir !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s